Commune du canton de Cordes-sur-ciel - Tarn

Commune du canton de Cordes-sur-ciel - Tarn

Vos démarches administratives en ligne

sip2

Lettre d'infos mensuelle

Communauté de Communes

Dans la presse

    A quelques mètres de l’église se dresse une tour , qui se trouve très en retrait par rapport à la localité. Elle fait partie de la ceinture de villages fortifiés et de points de surveillance de la Grésigne.

    A une altitude de 200 m, la tour s’élève sur un petit côteau proche du Cérou, plus précisément à gauche de la route qui conduit à St Antonin dans un lieu appelé Corrompis au milieu d’une parcelle rectangulaire dépourvue de toute autre construction et entourée d’un muret de pierres sèches.

    La tour, sur la base des techniques de construction et particulièrement des archaïsmes architecturaux qu’on peut y noter (rez-de-chaussée semi enterré, …. etc voir ci-dessous) peut être datée avec vraisemblance des XIIème-XIIIème siècles.

    Elle présente un plan d’une grande simplicité. Il s’agit d’un carré de 6m de côté avec un épaisseur de mur dans la porte d’un peu plus 1.30 m. L’élévation actuelle est de 14.83 m .Il n’est pas possible de restituer la hauteur totale de l’édifice primitif : le couronnement médiéval devait être, à coup sûr, sensiblement différent.

    Des assises de moellons calcaires alternent en effet, assez régulièrement, avec des assises de réglages de dalles plates, de calcaire également(cette sorte d’ "opus listatum " médiéval est particulièrement bien visible sur les faces Sud et Ouest de la tour).

    Dans le mur Ouest s’ouvre une porte qui donne sur le rez-de-chaussée. Ses montants sont droits. A cet endroit et seulement à cet endroit de gros blocs de chaînage en calcaire alternent avec le moyen appareil de l’élévation des murs. Le linteau est formé de trois gros blocs taillés en claveaux. La porte ouvre pratiquement de plain-pied vers l’extérieur (son seuil, en effet ne dépasse que d’une dizaine de cm le sol de l’enclos). Vers l’intérieur , en revanche, elle surplombe d’1,20 m le sol du rez-de-chaussée qui présente donc la particularité d’être à demi enterré. L’intérieur de la pièce, de 3,40m de côté, ne prend jour que par cette porte ; un décrochement, d’une dizaine de cm, court le long des murs Nord et Sud et amorce le départ d’une voûte en berceau (bien visible dans l’angle Sud-Est) qui naît des murs latéraux en calotte aplatie, à mi-chemin entre la coupole sur trompes et la voûte d’arêtes, montée sur des dalles plates qui s’imbriquent en chevrons. Au sommet est pratiquée une ouverture carrée. Cette trappe mettait en communication le magasin voûté et le premier étage. A travers celle-ci, on aperçoit le toit effondré et l’élévation intérieure.

    Le premier étage, lui aussi, possède une porte. Elle s’ouvre au centre du mur Sud, une embrasure en plein cintre, haute de 2,24m composée de blocs de grès rouge taillés.

    Il est hélas aujourd’hui impossible d’accéder aux étages mais un simple coup d’œil sur la face Sud permet d’en discerner au moins quatre. C’est sur ce mur Sud que sont concentrées toutes les ouvertures ; outre la porte du premier étage, deux fenêtres sont percées l’une au-dessus de l’autre. La première, rectangulaire, de 0,73m de haut, présente des montants en blocs calcaire chanfreinés et un linteau de pierre blanche à deux crossettes dans le prolongement des montants verticaux. L’autre de 0.38m, pratiquement carré, est limitée par des dalles de calcaire . On note enfin, au niveau encore supérieur, une rangée de trous de boulins.Le regroupement des ouvertures, portes et fenêtres sur le même mur, tandis que les trois autres restent aveugles, soit un indice de la fonction de surveillance de cet édifices, qui regardent dans la direction qu’ils on charge de surveiller.

    La première moitié du XIIIème siècle est donc un temps de troubles. Si l’on a affaire à de simples postes de garde, les tours surveillent et verrouillent des espaces limités et qui dans certains cas, se substituent, s’ajoutent, à d’autres complexe défensifs, lorsque la nécessité l’impose. Il en va ainsi pour la tours de la vallée du Cérou. Avant la fondation de Cordes, la vallée était commandée par le village fortifié de St Marcel. La tour de Salles a des ouvertures d’inspiration cordaise et elle est, de ce fait, postérieure à 1222. De plus, le village est situé pratiquement en face de celui de St Marcel qui n’existait plus depuis 1212. Salles a donc sans doute pris la relève de ce dernier et a construit sa tour dans un but de surveillance ; cette dernière construction fait le pendant des Cabannes qui fermait la vallée de l’autre côté de Cordes.

    Bournazel, avec sa situation en lisière d’un plateau et la vue très étendue qu’on en a, fut érigée sans doute dans une optique similaire.

    La construction de tours en plaine répond, en définitive, à un impératif de défense rapprochée des habitats de la vallée et des voies d’eau ou de terre qui les traversent.

    Ces villages particulièrement exposés en période de troubles surtout lors de la croisade contre les Albigeois requéraient un solide poste de garde pour en surveiller les abords.

    Or c’est pendant ou plutôt juste après la croisade que sont érigées les quatre tours de plaine Elles dominent l’habitat (Bournazel) en contrôlent l’accés (Les Cabannes), voire se dressent sur son pourtour (Les Avalats) ou en son centre (Salles). Cette nouvelle proximité de l’ouvrage défensif et de l’agglomération ne doit pas tromper : il ne s’agit pas là de la création de demeures seigneuriales urbaines, mais l’édifice reste un poste de garde et seulement cela. On cherche à se prémunir contre le retour, toujours possible, d’affrontements.

    Le regroupement des ouvertures, portes et fenêtres sur le même mur, tandis que les trois autres restent aveugles, soit un autre indice de la fonction de surveillance de ces édifices, qui regardent dans la direction qu’ils ont charge de surveiller.

    Il se pourrait aussi que cette tour soit prise dans l’ancienne fortification du château de Cajarc primitivement dit " des Corrompis " vue la proximité de l’église paroissiale qui aurait été la chapelle du château .

    En bref...

    • Actualité

      La mairie propose

      1 terrain constructible

      de 800 m2 environ

      entièrement viabilisé au HAMEAU LE FERAL

      Renseignements en mairie !

       

      Feral

    Mairie de Les Cabannes