Commune du canton de Cordes-sur-ciel - Tarn

Commune du canton de Cordes-sur-ciel - Tarn

Lettre d'infos mensuelle

Communauté de Communes

Dans la presse

     

     


    1er janvier 1853 : Tous les dimanches avant 10h, chaque propriétaire ou locataire fera nettoyer la partie de voie publique faisant face à ses bâtiments et en enlèvera les immondices.
    Il est défendu de laisser stationner, la nuit, aucune voiture, charrette ou chariot sur la voie publique, excepté ceux déposés devant les auberges où les conducteurs logent habituellement, à condition de les munir d'une lanterne allumée.

    29 mai 1853 : commande à Jean-Pierre GUIRAL et Louis VIAL de construire sur la place du village un piédestal ayant 2,10m d'élévation, surmonté d'un petit piédestal ayant 1,75 m de hauteur (statue de St Félix).

    3 août 1853 : Le rouissage du lin et du chanvre (faire tremper dans l'eau afin que les fibres textiles se séparent de la partie ligneuse) est interdit sur le ruisseau Aurosse et sur le Cérou, en amont de son confluent avec l'Aurosse. Il n'est permis qu'en-dessous de ce point.

    1er novembre 1853 : le comte de St Félix vend à la commune, une parcelle située à Garrissou ou Corrompis (terre, vigne et taillis) destinée à l'établissement du nouveau cimetière.

    24 septembre 1854 : clochettes obligatoires pour les troupeaux de moutons ou brebis.
    1 clochette pour moins de 20 bêtes. 2 pour 20 à 35 bêtes et 1 clochette supplémentaire par groupe de 10 bêtes.

    3 septembre 1858 : chasse interdite, du jour de l'ouverture de la chasse jusqu'au dernier jour des vendanges (pour protéger les viticulteurs).

    15 juillet 1889 : le cercle des travailleurs est provisoirement fermé car le drapeau rouge y a été arboré. Le président du cercle n'a voulu l'enlever que par la force.

    28 juillet 1889 : aucun débit de boissons ne doit se trouver à moins de 30 mètres des maisons d'école.

    16 août 1896 : prix du pain...imposé à tous les boulangers.
    Le pain mis en vente sera constamment bon, loyal et marchand, et aucune farine gâtée, aucun blé avarié ou son remoulu ne pourront être employés pour sa fabrication.
    Défendu de mettre dans la pâte : sulfate de cuivre, vitriol bleu ou alun, sous prétexte de rendre le pain plus blanc.
    Le pain sera pesé devant le client.
    Le prix du pain est fixé tous les quinze jours, après le marché de Cordes, d'après le prix moyen du blé vendu sur le marché.

    22 janvier 1897 : épidémie de rage (Mr BARASC, vétérinaire à Cordes)
    Tout chien sur la voie publique doit être muselé, muni d'un collier, nom du propriétaire gravé sur une plaque.
    Les chiens errants seront saisis et abattus sans délai.

    15 mai 1902 : interdiction de barrer un chemin rural par des palissades ou des grilles en bois.

    10 août 1903 : chaque habitant doit chaque jour, balayer et arroser la voie publique devant chez lui, avant 9 heures.

    17 août 1913 : vente de la concession d'éclairage électrique de la commune à la société anonyme gaz et électricité de Gaillac. 2 nouvelles lampes seront installées.

    7 avril 1914 : affichage électoral...
    Devant la mairie, devant l'école et les 4 façades du piédestal du buste de St Félix.

    8 janvier 1922 : autorisation de bal public chez Mr Lonsade, limonadier, de 8 heures à 11 heures du soir.

    3 mai 1929 : création du syndicat intercommunal d'électrification (Cordes, Les Cabannes, Donnazac et Souel) ayant pour objet les études à entreprendre en vue de la construction et de l'exploitation d'une distribution d'énergie électrique sur la partie du territoire qui n'est pas encore électrifiée.

    4 décembre 1929 : taxe sur les chiens (chien de berger et de garde : 5 F, chien de chasse : 10 F et chien de luxe : 15 F).

    23 octobre 1929 : il est interdit de déposer sans nécessité sur toute voie ou place publique des immondices, fumiers, débris de verre et matériaux quelconques.

    9 février 1930 : 28 élèves à l'école. Proposition d'ouvrir une classe enfantine à l'ancienne école des filles, destinée aux enfants des deux sexes.
    Considérant que la commune (382 habitants) est dépourvue d'une salle d'asile, et que, dirigée par une femme dont l'action sur les petits enfants est toujours efficace et bienfaisante et ne peut que favoriser la fréquentation de l'école (en donnant la certitude aux familles que leurs enfants y seront l'objet d'une sollicitude particulière et de soins pour ainsi dire maternels), le CM donne un avis favorable.

    15 février 1930 : interdit de laisser errer les chiens (dommages causés la nuit aux basses-cours et poulaillers).

    7 avril 1930 : interdiction d'établir des barrages, passerelles ou water-closets au-dessus du ruisseau Aurosse.

    28 février 1932 : de 6h du matin à 6h du soir, battue au renard sur le territoire de la commune.

    7 février 1933 : demande de dépôt permanent d'explosifs par Frédéric LACOMBE.

    20 septembre 1933 : limitation de vitesse fixée dans l'agglomération à 40 km/h.

    4 août 1935 : contribution de la commune à la construction du pont des Cabannes.
    Paul ROBERT est délégué au "conseil de discipline du personnel communal".

    21 février 1937 : personnel communal : secrétaire de mairie, garde-champêtre, tambour afficheur, préposé au poids public, gérante de l'agence postale, gérante de la cabine téléphonique.
    Madame TABARLY est embauchée pour le balayage des écoles.

    15 février 1940 : la commune est administrée par une "Délégation Provisoire", présidée par Léon ROUZIES.

    29 juin 1941 : création de la "Caisse des Ecoles".

    12 avril 1942 : subvention aux régions sinistrées de la Marne (par le fait de la guerre).

    21 août 1944 : le CM s'appelle "Comité de Libération" et a été désigné par le service de la Résistance.

    1er octobre 1944 : vote d'un abonnement à la bibliothèque ambulante.

    7 décembre 1947 : les jours de foire, le gros bétail et les veaux sont sur la promenade, les moutons sont de l'autre côté de la route (face à la promenade) et les porcs sont sur la place St Félix.

    18 décembre 1949 : projet de distribution en eau potable de tout le village + 1 bouche d'incendie, en tuyaux fonte. Montant : 5 000 000,00 Frs

    26 février 1950 : stationnement interdit à tous véhicules sur le foirail (promenade).

    11 mai 1950 : Fête de Pentecôte des 27-28 et 29 mai . Autorisation de danser sur la route départementale n° 91. (renouvelé chaque année, par la suite)

    début 1951 : système d'adduction d'eau Cordes-Les Cabannes terminé.

    9 septembre 1951 : Il faut refaire les pavages et dallages détériorés par la mise en place des canalisations...

    1er octobre 1952 : location presbytère à Mme BUCHE Catherine.

    29 mars 1954 : problèmes sur le Cérou.
    Les barrages de Carmaux jouent un rôle dans les inondations. Il faudrait des lâchers progressifs et préventifs et non soudains et importants.
    L'eau du Cérou est souvent polluée par des résidus chimiques constituant un danger pour les animaux qui s'abreuvent à cette rivière.

    17 novembre 1954 :Accord sur les dépenses de travaux communs d'adduction et de pompage entre les communes de Cordes et Les Cabannes.

    13 janvier 1957 : construction de W.C. public et mur de soutènement, place du lavoir.

    23 janvier 1957 : mise en place de panneaux "STOP" aux intersections.

    19 mai 1957 : battue aux pies, corbeaux et rapaces.

    15 juillet 1960 : interdiction de se baigner dans le Cérou.

    12 octobre 1961 : mise en place de 2 sens uniques : CD91-CD30-rue de la Fontaine-Mouzieys.

    24 mai 1965 : interdiction de vendre des pétards et autres engins explosifs pendant les fêtes de Pentecôte.

    12 juin 1971 : La fête du village est prévue les 26 et 27 juin. On ne parle plus de danser sur la route !

    22 septembre 1971 : limitation de vitesse pour les poids lourds à 45 km/h, dans l'agglomération.

    4 avril 1973 : règlementation de l'affichage (interdit sur les murs des bâtiments publics...)

    13 juillet 1973 : interdiction d'arroser, de laver les voitures, de remplir les piscines (sècheresse).

    4 février 1975 : festivités prévues les 1-2-8-9-15-16-22-23 mars.

    10 juin 1976 : embauche de Martine CHEVALIER comme commis de mairie stagiaire à partir du 1er juillet 1976.

    18 août 1976 : règlementation du terrain d'ordures municipal.

    8 novembre 1976 : Jean GROC remplace une première fois Lucien JEANJEAN (accidenté du travail), ouvrier municipal (durée 3 mois, qui sera souvent renouvelée).

    1er avril 1977 : Mme Sylviane BUCHE est nommée balayeuse à l'école.

    22 juillet 1979 : course pédestre (côté gauche de la RD600). Il y en aura 5 en tout, jusqu'en 1983 (organisateur : le Spiridum Club du Tarn).

    1er février 1983 : début de la collecte des ordures ménagères (création du SICTOM).

    1er octobre 1983 : embauche définitive de Jean Groc comme ouvrier d'entretien de la voie publique.

    1er août 1984 : élaboration du P.O.S.

    5 juin 1985 : reprise de la fête du village le 16 juin, puis le 21 juin (à cause de la pluie)

    15 juillet 1986 : publication du P.O.S.

    1er décembre 1986 : fermeture de la décharge brute municipale.

    1er septembre 1987 : embauche d'Anne-Marie VIALAR comme gérante du bureau auxiliaire des Postes et Télécommunications.

    1er juillet 1994 : Jean-Paul COMBES est nommé agent d'entretien de la voie publique.

    2 août 1994 : révision du P.O.S.

    du 23 octobre 1995 au 30 novembre 1996 : première tranche des travaux "d’aménagement de la traverse du village".

    1er juillet 1996 : instauration d’un marché simple hebdomadaire, le mercredi matin, sur la place "La promenade"

    29 septembre 1996 : premier "vide-grenier", organisé par l’Association des Commerçants et Artisans du Pays Cordais

    du 12 au 30 mai 1997 : extension du réseau d’assainissement à "La Peyrade".

    24 et 25 mai 1997 : premier "Festival des Rêves d’Enfants".

    du 12 novembre 1997 au 3 avril 1998 : deuxième tranche des travaux "d’aménagement de la traverse du village"

    24 août au 25 septembre 1998 : enquête publique sur le projet de révision du P.O.S.

    En bref...

    • Actualité

      La mairie propose

      1 terrain constructible

      de 800 m2 environ

      entièrement viabilisé au HAMEAU LE FERAL

      Renseignements en mairie !

       

      Feral

    Mairie de Les Cabannes