Commune du canton de Cordes-sur-ciel - Tarn

Commune du canton de Cordes-sur-ciel - Tarn

Lettre d'infos mensuelle

Communauté de Communes

Dans la presse

     

     

    1838 : Monarchie de juillet. Roi : Louis Philippe.

    9 mai 1838 : vote d'une imposition extraordinaire pour la construction d'une maison d'école pour les garçons, une maison d'école pour les filles dans laquelle il est ménagé un local pour maison commune.Impossible de trouver dans le village des Cabannes des maisons propices pour y établir les maisons d'école d'une manière un peu convenable (imposé par la loi aux communes). Prix total : 12567.04 F Maire : Pierre Lacam

    1838 : Les Cabannes-600 habitants-possède toutes les commodités d'une ville.

    9 juin 1838 : vote pour la réunion des communes de Lacapelle Ste Luce et Les Cabannes.

    1er janvier 1839 : embauche de Pierre DEYMIE, 40 ans, ancien sergent d'artillerie, comme garde-champêtre pour un salaire de 100 francs. Le conseil lui reconnaît l'aptitude, la meilleure réputation et l'estime publique.

    Son rôle : préserver les propriétés des dévastations causées par les troupeaux et seconder le maire dans les mesures de police et dans l'intérêt de l'ordre public.

    25 octobre 1838 : le sous-préfet engage la commune à utiliser la méthode de lecture de Mr Couret, dans son école. La méthode est composée de 50 tableaux dont le prix a été fixé à 50 francs + 15 francs à titre d'indemnité pour Mr Couret. Le CM accepte, vu la prospérité de l'école primaire, le zèle de Mr l'instituteur et les progrès déjà bien satisfaisants des nombreux élèves.

    12 juillet 1839 : rapport de l'architecte du département, défavorable à la construction des écoles, jugeant l'idée capricieuse de construire des bâtiments à cheval sur un ruisseau...

    Le conseil répond : Il faut 2 bâtiments séparés...Problème pour trouver 2 terrains à vendre. Terrains gratuits, mais voûtes à réaliser. Au dessus, caves, grenier, pièce de décharge et lieux d'aisance qui s'évacueront dans le ruisseau.

    Vu l'élévation du bâtiment, il n'est pas à craindre que le petit cours d'eau limpide qui coule continuellement sous le pont puisse causer des miasmes et une humidité pernicieuse (rares inondations, causées par les pluies d'orage, où l'eau s'élève à 1,50 m, sans beaucoup de rapidité).

    Plancher prévu en peuplier : même prix que le chêne, moins sujet à plier, très solide en le préservant de l'humidité.

    Pas de danger pour les enfants : talus (et non précipices) qui bordent la route, de plus de 45 degrés, qui se terminent sur des prairies. Sur la route, murailles et haies vives. Les enfants sont conduits chez leurs parents, sous la surveillance des moniteurs.

    Les élèves sont à l'abri de toute destruction : salle précédée d'un vestibule, d'un cabinet, et qui prend sa vue au midi, sur un vallon des plus paisibles.

    55 garçons accueillis...Il y en aurait 80 l'hiver, s'il existait une salle pour les contenir.

    35 à 40 filles.

    7 avril 1840 : Louis Philippe, roi des Français, ordonne la réunion des communes de Les Cabannes (580 habitants) et Lacapelle Luce (183 habitants). -ordonnance signée au Palais des Tuileries, à Paris-.

    9 août 1840 : première réunion du nouveau conseil municipal.

    30 août 1840 : élections municipales.

    20 septembre 1840 : installation des membres du Conseil.

    Individuellement, debout, main droite levée, chacun prête serment :

    "Je jure fidélité au Roi des Français, obéissance à la Charte constitutionnelle et aux Lois du Royaume."

    Pierre LACAM est réélu maire.

    1841 : hébergement de réfugiés espagnols à la boulangerie DELSOL (pendant 5 mois).

    20 août 1841 et 22 mai 1842 : 10 élèves sont admis gratuitement à l'école et 6 à demi-tarif.

    Rétribution mensuelle pour l'instituteur, 2F50 pour la 1ère classe (entier enseignement), 2F pour la 2ième (élèves apprenant à lire et écrire) et 1F50 pour la 3ième (commençants).

    Dépense de 100F pour loger Mr le Vicaire au presbytère.

    28 mai 1843 : Dame Brune de Ste Croix, institutrice, a moins d'élèves à cause du couvent qui s'est établi à Cordes. Cette personne est estimable sous tous les rapports et principalement à cause de ses talents et son instruction; Le CM vote une subvention annuelle de 100 F pour l'aider et en échange, elle élèvera quelques filles pauvres gratuitement.

    Les travaux de l'école des garçons sont terminés. Une cloison sera installée dans le logement de l'instituteur pour y abriter, temporairement, la maison commune (en attendant la construction de l'école des filles).

    18 octobre 1846 : Jean-Louis DUPUY DUTEMPS, est maire et ...chevalier de la Légion d'Honneur..

    Il fait don de 600 francs pour l'atelier de charité (travaux d'utilité collective : voirie) créé dans l'espoir de recevoir une partie des 4 millions de francs mis à la disposition du ministre de l'intérieur pour venir au secours des classes indigentes.

    24 février 1848 : seconde République.

    7 janvier 1849 : l'école des filles et la mairie sont terminés. Achat d'une grande table et 16 chaises pour la nouvelle Mairie, ainsi qu'une petite table pour papier et archives.

    Augmentation de la misère dûe au manque de travail dans les usines de la commune et une mauvaise année. Demande d'aides au Préfet.

    Demande d'un drapeau au Préfet. Frais d'entretien du tambour de la garde nationale.

    Protection de l'arbre de la liberté planté sur la place publique.

    24 juillet 1849 : achat de terrain à Antoine BOYER, meunier, pour réaliser des murs servant à supporter un remblai, pour l'élargissement qui servira à l'avenir, de champ de foire et de promenade, sur les côtés de la route n°1.

    9 mai 1850 : Travaux de comblement effectués par l'atelier de charité (par économie).

    18 mai 1851 : mention de l'existence d'une bascule à Cordes, place de la Bouteillerie.

    1er février 1852 : (Coup d'Etat de Louis Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851). Le conseil municipal est remplacé par une Commission Municipale. Président : MALGOUYRE.

    Réparation de la côte de la Peyrade (paver, empierrer, sabler).

    Achat de terrain pour agrandir le cimetière.

    Distribution de 80 kg de pain bis blanc aux indigents.

    9 février 1852 : La grande place du village se trouve dans un état complet de dégradation (eaux provenant de la fontaine publique, des égouts ou conduits amenant des eaux infectes n'ayant pas d'autre débouché que la rue - à la saison des chaleurs, les eaux séjournent sur la place et forment une mare infecte - dans la saison d'hiver, elles forment un glacier interceptant la circulation.)

    Proposition de construire des égouts qui, recevant les eaux, les conduiront dans le ruisseau souterrain conduisant les eaux d'Aurosse dans le Cérou, en ménageant une pente empêchant leur stagnation.

    Réparation et entier repavage de la place (1/4 à la charge de la commune de Cordes et 3/4 à la charge de la commune de Les Cabannes).

    12 mai 1852 : installation d'une pompe sur la place.

    achat d'un poêle pour la mairie.

    24 juillet 1852 : Mr MALGOUYRE est renommé, par arrêté de Mr le Préfet, président de la Commission Municipale. Il prête serment :

    "Je jure obéissance à la constitution et fidélité au président".

    2 décembre 1852 : proclamation du 2nd Empire.

    En bref...

    • Actualité

      La mairie propose

      1 terrain constructible

      de 800 m2 environ

      entièrement viabilisé au HAMEAU LE FERAL

      Renseignements en mairie !

       

      Feral

    Mairie de Les Cabannes