Commune du canton de Cordes-sur-ciel - Tarn

Commune du canton de Cordes-sur-ciel - Tarn

Lettre d'infos mensuelle

Communauté de Communes

Dans la presse

    Famille de médecins et d'hommes politiques

    C'est le Docteur Jean-Louis Dupuy-Dutemps qui, le premier, aurait installé la famille aux Cabannes. Né à Paris en 1814, il épouse Nina Journes-Malgouire, née à Cordes. Chevalier de la Légion d'Honneur, il avait été chirurgien militaire ; mais sa santé affaiblie l'avait forcé à renoncer à cette profession. C'est alors qu'il vint aux Cabannes et en fut le Maire, tout en étant médecin. C'était un actif républicain. Il décède en 1868.

    C'est peut-être lui ou plus vraisemblablement son fils, Ludovic, qui installe la famille au "Château Lapeyrade", que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de "l'hostellerie du Parc": il achète "on ne sait quoi" et fait consruire la jolie batisse, style Napoléon III vers 1860. Il fait aménager un grand parc très joliment arboré. C'était la première maison dans laquelle chaque chambre avait sa salle de bains et l'eau courante. La propriété a été vendue par Gabriel vers 1960 à Mr Blanza, qui l'a lui-même vendue à Mr Claude Izard.

    Ludovic (Les Cabannes 5 janvier 1847 - 17 décembre 1928) Avocat, maire républicain de Gaillac de 1881 à 1889, date où il remplace Bernard lavergne comme député de Gaillac (jusqu'en 1898) en l'emportant aux 2e tour sur le boulangiste Lannes de Montebello. Conseiller général de l'arrondissement de Gaillac de 1883 à 1901. Nettement anticlérical dans les années 80 (il interdit les processions à Gaillac lors de l'affaire du manuel Compayré), il a ensuite des positions conciliantes, que dénoncent les radicaux. Après 1892, il est prêt à un compromis avec les catholiques "ralliés". Réélu en 1893, il est ministre des travaux publics de janvier à novembre 1895 dans le cabinet Ribot. Il se retire de la vie politique en 1898. (Son buste sculpté par Jean-Jules Pendariès est à la mairie de Cordes/Ciel).

    Louis (Les Cabannes 1871 - 1946) fils aîné du précédent. Carrière médicale à Paris. Importants travaux d'ophtalmologie (mise au point de la dacryo-rhinostomie plastique). Il a 2 fils :

    - Pierre (1905-1964), l'aîné, poursuit l'oeuvre de Louis, son père, comme ophtalmologue à Paris (soutenance de thèse en 1931, chef de clinique d'ophtalmologie à Paris, soigne à l'hôpital Bichat puis à la fondation Rothschild, devient enfin Président de la Société d'Ophtalmologie de Paris) et s'est aussi efforcé d'améliorer le rayonnement de la ville de Cordes (un des trois fondateurs de l'Association des Amis de Cordes et du Comtat Cordais). Son épouse, Elise, décède en 1987... Elle venait régulièrement pendant les vacances à Cordes, dans la maison des Lices.

    - Jean (1911-1982), diplomate, qui a eu 2 enfants : Guy et Marie-Josée (décédée).

    La maison des Lices a été reconstruite par Louis, vers 1920, après son départ à Paris, sur une ruine achetée à Mr Casimir.

    C'est apparemment le troisième fils de Ludovic, Gabriel (1874/1967) qui garde la maison de famille de Les Cabannes. De Gabriel naît un fils, Albert, dont les Cabannais les plus âgés se souviennent. Albert a une fille, Anne-Marie, qui vit à Paris.

    Gabriel a fait toute sa carrière dans la Marine, d'abord Nationale jusqu'au grade de Capitaine de Vaisseau, puis Marchande qu'il a quitté avec le titre de Vice-Amiral Honoraire.

    Les deux caveaux dans le cimetière de Les Cabannes, avec une trentaine de noms, témoignent de l'importance et de la fidélité de cette famille à Cordes/Les Cabannes.

    N.B. : Pierre ne manquait pas d'humour : "A une époque où il consultait dans les environs de Paris, il reçut une jeune femme charmante qui avait, bien sûr, un problème ophtalmologique.

    Elle lui expliqua qu'elle travaillait dans l'obscurité dans la maison close, avait-il compris.... "Bien sûr, je comprends", lui dit-il très perplexe. Mais la confusion ne dura pas très longtemps quand elle ajouta : "je trie des graines pour la maison Clauze"...

    Lapeyrade

    En bref...

    • Actualité

      La mairie propose

      1 terrain constructible

      de 800 m2 environ

      entièrement viabilisé au HAMEAU LE FERAL

      Renseignements en mairie !

       

      Feral

    Mairie de Les Cabannes